Oyez, oyez !

À notre chère clientèle, c’est avec tristesse que nous vous annonçons la fermeture de la librairie située au 1317, avenue du Mont-Royal Est, le dimanche 19 août.

Sachez, toutefois, que nous sommes activement à la recherche d’une nouvelle localisation et que, d’ici à notre emménagement, vous pourrez consulter notre catalogue en ligne et venir nous voir au centre-ville, à l’Allée des bouquinistes, ruelle Savoie, derrière la Grande Bibliothèque.

De plus, nous sommes toujours acheteur pour vos livres de qualité. N’hésitez surtout pas à nous joindre.

Une grande partie d’entre vous, particulièrement le lectorat du Devoir, comprendra que le cri d’alerte lancé dans une lettre commune par un regroupement de libraires de livres d’occasion il y a de cela dix-huit mois était annonciateur d’une situation plus que difficile pour l’écosystème fragile du livre d’occasion (cliquez ici).

Nous ne nous opposons pas, de quelque manière que ce soit, à l’économie sociale. Par contre, nous pensons que le modèle développé par la compagnie  Industries Goodwill Renaissance Montréal Inc. est nuisible pour les petits commerces indépendants, incluant les organismes de charité. Notre fermeture est d’ailleurs un effet direct de ce modèle d’affaires. Pour le moment, nous vous invitons à vous faire votre propre idée en consultant les informations de cet OBNL apparaissant dans les liens ci-joints (rapport financier de 2017 et rémunération des dirigeants, cliquez ici).

Pour notre part, hormis le fait que cette entreprise soit propriétaire d’un portefeuille immobilier de plus de 25 millions de dollars, nous nous posons la question suivante : comment une compagnie œuvrant pour la réinsertion sociale avec un succès d’affaire mirobolant – plus de 27 millions de dollars de revenus tirés de la vente de biens provenant de dons faits par des citoyens – peut justifier une subvention de près de 4 millions de dollars du gouvernement (Emploi-Québec) (cliquer ici, sur les onglets « actifs » et « revenus ») tout en sachant qu’elle fragilise le marché du livre d’occasion,  mettant au chômage des employés de longue date ?

Enfin, nous tenons à remercier tous ceux et celles qui nous ont accompagné au fil des ans et nous vous invitons, plus que jamais, à continuer à nous encourager en nous suivant en ligne, en nous visitant à l’Allée des bouquinistes et aux divers salons du livre ancien auxquels nous participons. Nous vous disons donc aussi : à bientôt, dans un nouveau local !